Auto entrepreneur ou portage salarial ?

Mis à jour le : 
4/5/2022

Lorsqu’on se lance en indépendant, le choix du statut juridique est une étape déterminante. De nombreux consultants hésitent entre le portage salarial ou le régime de l’auto-entrepreneur.

Vous aussi, vous envisagez de vous lancer et vous vous interrogez ? Cet article a pour objectif de vous aider à trouver la forme juridique la plus adaptée à vos besoins. Quel est le principe du portage salarial ? Quelles sont les différences entre ce régime et celui de l’auto-entreprise ? L’équipe webportage fait le point et vous aide à faire votre choix.

Définitions des statuts de auto-entreprenariat et portage salarial

Le portage salarial est une alternative au statut d'auto-entrepreneur qui permet d’exercer une activité professionnelle d’indépendant, tout en bénéficiant des avantages du statut de salarié et sans avoir à créer d'entreprise. C'est un statut à mi chemin entre l'indépendance et le salariat.
L’auto-entreprise est régime social simplifié qui facilite la création d’une entreprise individuelle, via des formalités de création et de gestion qui sont largement allégées.

Portage salarial ou auto-entreprise : à qui ça s’adresse ?

Que ce soit le portage salarial ou la micro-entreprise, ces deux solutions s’adressent globalement à toutes celles et ceux qui souhaitent se mettre à leur compte et exercer une activité professionnelle indépendante : 

  • les porteurs de projets qui veulent tester une idée ou lancer un projet
  • les demandeurs d’emploi qui ont un projet freelance
  • les jeunes diplômés qui sortent de l’école et qui ont un projet freelance
  • les salariés qui veulent exercer une activité secondaire en indépendant ou ceux qui veulent justement quitter le salariat pour l’indépendance à temps plein 
  • les retraités qui veulent continuer à exercer une activité professionnelle et compléter leur pension de retraite.

La différence entre le portage salarial et l’auto-entreprise (aussi appelée micro-entreprise) réside dans le type d’activité qu’il est possible de déclarer et d’exercer.

Quels métiers sont possibles en portage salarial ?

Si vous souhaitez vous lancer en freelance avec le portage salarial, vous pourrez exercer une activité de prestation intellectuelle non réglementée. C’est une obligation imposée par la convention collective du portage salarial.

Le portage salarial s’adresse ainsi globalement aux activités professionnelles suivantes : 

  • administratif
  • apport d’affaires
  • bien-être & coaching
  • business & stratégie
  • création graphique (graphistes, photographes…)
  • formation
  • métiers de la gestion de projet
  • informatique et développement web
  • marketing et communication

Il faut également noter les activités qu’il n’est pas possible d’exercer en portage

  • les métiers d’achat et revente de produits
  • les métiers réglementés (avocat, médecin…)
  • les services à la personne (employé de ménage, garde d’enfant à domicile…)
  • experts-comptables, commissaires aux comptes
  • métiers relevants de la TVA immobilière et de la location d’immeubles
  • les professions de santé
  • les activités agricoles

Bon à savoir : en portage salarial, vous pouvez exercer une ou plusieurs activités professionnelles. Par exemple : Consultant marketing et formateur marketing.

Quels métiers sont possibles en micro-entreprise ?

En micro-entreprise, le champ des activités possibles est plus large qu’en portage salarial. Les activités éligibles à l’auto-entreprise sont rangées dans 3 grandes familles d’activités : 

  • les activités commerciales qui englobent les activités d’achat et revente de biens et de marchandises ainsi que la vente de certains services (exemples : agent de sécurité, DJ, restauration rapide…)
  • les activités artisanales qui concernent toutes les activités relevant de la fabrication, la transformation ou la réparation de produits. Ces activités nécessitent une intervention manuelle qualifiée (exemples : plombier, esthéticienne, électricien…)
  • les activités libérales non réglementées qui englobent les activités relevant de la Cipav ou de la sécurité sociale des indépendants (exemples : consultant, architecte, traducteur, graphiste …)

Et concernant les activités qu’il n’est pas possible d’exercer en auto-entreprise

  • les activités agricoles rattachées à la MSA
  • les professions juridiques et judiciaires
  • les professionnels de santé
  • les experts-comptables et commissaires aux comptes
  • les activités artistiques relevant du droit d’auteur
  • les activités relevant de la TVA immobilière et de la location d’immeubles

Portage salarial ou auto-entreprise : comment démarrer son activité ?

Pour démarrer une activité indépendante en portage salarial, vous devrez choisir une société de portage salarial et vous inscrire auprès de cette dernière. Les modalités d’inscription peuvent varier d’une société à une autre.

Chez webportage par exemple, l’inscription en portage salarial se réalise en ligne, en complétant un formulaire et en fournissant certaines informations vous concernant et concernant l’activité et les missions que vous souhaitez réaliser. Le délai pour pouvoir démarrer votre activité est de 24h ouvrées, à condition que votre dossier soit validé par l’équipe. Notre équipe va en effet vérifier vos pièces justificatives mais également s’assurer que vos missions sont compatibles avec le portage salarial. L’inscription chez webportage est par ailleurs totalement gratuite et sans engagement.

Côté auto-entreprise (micro-entreprise), la création de votre activité est également simplifiée. Vous devez remplir le formulaire P0 avec vos informations personnelles et les informations concernant votre future activité en auto-entreprise. Ce formulaire P0 doit être adressé à votre Centre de Formalités des Entreprises (CFE) adéquat (cela dépend de votre type d’activité et de votre situation géographique).

Le délai pour créer et démarrer une activité en auto-entreprise varie entre 2 à 4 semaines, le temps que votre dossier soit traité. Une fois votre dossier validé, vous recevez votre n° SIRET et vous pouvez commencer à facturer. 

Les démarches de création sont gratuites, mais à noter cependant que certains CFE peuvent vous demander des frais de création. Bien que les démarches soient simplifiées, il est également possible de se faire accompagner, moyennant quelques dizaines d’euros selon les services.

Portage salarial ou auto-entreprise : quels sont les avantages et les inconvénients du portage ?

Les avantages du portage salarial

  1. Le démarrage simple et ultra rapide

Vous l’aurez compris, avec le portage salarial, votre activité indépendante peut démarrer en seulement 24h ouvrées et cela ne nécessite pas de démarches administratives lourdes. Vous pouvez commencer à facturer dès que votre inscription est validée du côté de la société de portage salarial. Cette dernière vous fournit tous les outils nécessaires (logiciel de facturation et de devis et plus encore).

  1. La gestion simplifiée et déléguée à la société de portage salarial

Vous n’avez aucune comptabilité à tenir ni aucune déclaration à réaliser auprès des organismes officiels tels que l’URSSAF ou les impôts. C’est votre société de portage qui s’en occupe. 

On considère que la société de portage gère à 80% toute la partie administrative et comptable de votre activité. Ce qu’il reste à votre charge est la prospection, la négociation avec vos clients, la réalisation de vos missions et l’édition de vos factures.

Enfin, on ne le rappellera jamais assez : en portage, votre activité est portée par la société de portage. C’est donc elle qui prend tous les risques fiscaux et sociaux à votre place. 

  1. La couverture santé complète

En portage, vous bénéficiez du statut de salarié et de tous les avantages sociaux qui y sont liés : affiliation au régime général de la sécurité sociale, contrat de travail (CDI ou CDD de portage), bulletins de salaire, mutuelle d’entreprise, indemnités journalières en cas d’arrêt maladie, congé paternité/maternité, etc.



  1. La cotisation au chômage et à la retraite

Vous côtisez pour le chômage et pouvez prétendre à l’ouverture de nouveaux droits à l’issue de votre activité en portage (sous réserve de respecter les conditions Pôle Emploi). Et vous côtisez également pour votre retraite, comme un salarié traditionnel.

  1. Les frais professionnels qui peuvent être prise en compte

C’est l’un des gros atouts du portage : si vous avez des dépenses liées à l'exercice de votre activité, elles peuvent être prises en compte au moment d'éditer vos bulletins de salaire en portage. Concrètement, cela vous permet de réduire le montant des charges sociales prélevées sur votre bulletin.

Chez webportage, vos frais professionnels peuvent être pris en compte sans limite annuelle. 

  1. Vous n’êtes pas seul !

Enfin, dernier avantage pour le portage : vous êtes certes indépendant mais vous n’êtes pas seul. La société de portage vous accompagne et son rôle est également de répondre aux différentes interrogations liées à votre activité. Le portage salarial est donc la solution idéale si vous avez peur de vous lancer tout seul.

Les inconvénients du portage salarial

  1. Vous êtes assujetti à la TVA

Toutes les factures que vous allez émettre à vos clients seront assujettis à la TVA. Le taux de TVA varie en fonction du type de client que vous facturez, mais également de sa situation géographique (en portage salarial, vous pouvez réaliser des missions pour des clients à l’international).

Vous n’avez cependant aucune déclaration de TVA à réaliser auprès de l'État. C’est la société de portage qui s’en occupe car elle porte votre activité.

  1. Le coût élevé

En portage, vous bénéficiez de bulletins de salaire qui sont calculés en fonction des missions que vous facturez et qui sont encaissées en votre nom par la société de portage, chaque mois.

Sur ces bulletins de salaire sont prélevées des charges sociales (salariales et patronales) et représentent environ 40% à 45% de votre chiffre d’affaires. Le coût des cotisations sociales est ainsi plus élevé qu’en micro-entreprise. En contrepartie, elles vous permettent de bénéficier de nombreux avantages sociaux.

À ces charges sociales, il faut également prendre en compte les frais de gestion (ou commission) de la société de portage, qui s’appliquent sur votre chiffre d’affaires HT (chez webportage, 5% ou 8% en fonction de l’offre souscrite).

  1. Limité aux prestations de services intellectuelles non réglementées

Enfin, le portage salarial est limité aux activités de services intellectuels non réglementés, ce qui en fait un statut moins accessible que l’auto-entreprise .

Portage salarial ou auto-entreprise : quels sont les avantages et les inconvénients de l’auto-entreprise ?

Les avantages de l’auto-entreprise

  1. Le démarrage simple

Pour démarrer une activité en micro-entreprise, rien de plus simple : il vous suffit de remplir le formulaire P0 et de le transmettre au CFE compétent.

  1. Les cotisations sociales peu élevées 

En auto-entreprise, les cotisations sociales sont calculées sur votre chiffre d’affaires. Ainsi, si vous ne réalisez pas de chiffre d’affaires, vous ne payez pas de cotisations.

Par ailleurs, les cotisations sociales sont assez peu élevées, c’est pourquoi le régime auto-entrepreneur est souvent plébiscité pour démarrer une activité en indépendant. Elles sont de : 

  • 12,80% pour les activités commerciales
  • 22% pour les prestations de services commerciales ou artisanales
  • 22% pour les autres prestations de services et les professions libérales

  1. Le large éventail d’activité éligibles

Le régime d’auto-entreprise est éligible à plus de métiers et d’activités que le portage salarial. Selon les missions que vous souhaitez réaliser, vous serez donc contraint de choisir le régime auto-entrepreneur pour exercer votre activité, même si vous préfériez le portage salarial et ses avantages sociaux.

  1. La gestion simplifiée et allégée

C’est ce qui caractérise l’auto-entreprise : elle a été pensée pour simplifier la création et la gestion d’entreprise. Ainsi, vous n’aurez pas de comptabilité à tenir sauf si vous atteignez de gros montants de chiffres d’affaires et la gestion est plutôt simple : tous les mois ou tous les trimestres, vous devrez déclarer votre chiffre d’affaires auprès de l’URSSAF afin de régler les cotisations sociales.

Vous devrez en revanche, à minima, tenir un livre des recettes et avoir un logiciel de facturation pour bien gérer votre activité.

Les inconvénients de l’auto-entreprise

  1. Les frais professionnels ne sont pas pris en compte

Contrairement au portage salarial, les dépenses que vous avez pour réaliser votre activité ne seront pas prises en compte au moment de déclarer votre chiffre d’affaires et de payer les cotisations sociales auprès de l’URSSAF.

  1. La couverture sociale peu avantageuse

En auto-entreprise, vous dépendez de la sécurité sociale des indépendants (SSI, qui remplace le RSI). Si cela vous assure une couverture de base (remboursement des médicaments, etc), tout ce qui est indemnité journalière pour arrêt maladie ou congés maternité seront moins avantageux qu’un salarié. 

Vous ne bénéficiez pas non plus d’une complémentaire santé et vous devrez réaliser les démarches pour souscrire à une mutuelle.

  1. L’ouverture de droits au chômage sous des conditions très restrictives

En auto-entreprise, vous ne cotisez pas pour le chômage. Ainsi, si vous cessez votre activité, vous ne pourrez pas bénéficier de l’ARE (Aide au Retour à l’Emploi). 

Il est cependant possible de prétendre à certains droits au chômage pour les indépendants, c’est ce qu’on appelle l’ATI : l’Allocation chômage des Travailleurs Indépendants. Il s’agit d’une indemnité de 800 euros qui peut être versée par Pôle Emploi à l’issue de votre activité d’auto-entrepreneur, pour une durée de 6 mois seulement. Les conditions pour bénéficier de l’ATI sont très restrictives :

  • avoir votre activité d’auto-entrepreneur pendant 2 ans au minimum
  • vos revenus fiscaux doivent être de 10 000€/ an minimum
  • le montant de vos ressources personnelles doit être inférieur au RSA

  1. Les plafonds de chiffre d’affaires et la TVA

En auto-entreprise, votre chiffre d’affaires ne pourra pas excéder certains montants : 

  • 172 600€ annuel pour les Activité de vente de marchandises, d'objets, d'aliments
  • 72 600€ annuel pour les Activités de prestation de services

Si votre activité se développe, vous serez alors contraint de basculer sur un autre statut juridique pour continuer à exercer votre activité. 

Il existe également des seuils de chiffre d’affaires qui sont eux liés à l’assujettissement à la TVA : 

  • 85 800 € (seuil limite) et 94 300 € (seuil majoré) pour les Activités de ventes de marchandises, d'objets, d'aliments 
  • 34 400 € (seuil limite) et 36 500 € (seuil majoré) de chiffre d'affaires pour les Activités de prestations de services.

L’auto-entrepreneur n’est pas assujetti à la TVA en dessous de ces seuils.

En résumé

Portage salarial ou auto-entreprise : il n’y a finalement pas de meilleur statut pour se mettre à son compte. Tout dépendra de vos préférences et surtout de vos besoins.

Si vous avez peur de vous lancer seul et que vous n’êtes pas à l’aise avec la gestion administrative et comptable : le portage salarial sera plus adapté à votre situation.

Si les avantages sociaux ne sont pas votre priorité, vous aurez tout intérêt à vous lancer en auto-entreprise pour payer le moins de cotisations sociales.

N’hésitez pas à contacter gratuitement nos experts webportage pour poser toutes vos questions sur le portage salarial.

Envie de devenir freelance ?

On a la solution chez webportage :

Zéro administratif

Accompagnement aux petits oignons

CDI & bulletins de salaire

Assurance pro

Démarrer l'inscriptionBénéficier d'un rdv personnalisé

Démarrez votre aventure d'indépendant en 24h chrono

Sans minimum de chiffre d'affaires, sans engagement & sans frais cachés 👌

Télécharger gratuitement les 7 choses à savoir avant de vous inscrire !
Complétez votre inscription en ligne en 5min.
Téléchargez vos pièces justificatives
Votre inscription est étudiée sous 24h ouvrées*
Vous pouvez démarrer vos prestations !
*délai supplémentaire de 72h pour les ressortissants étrangers.
👉   Commencer l'inscription en ligneUne question ? RDV d'audit personnalisé
Notre philosophie : il n'y a pas de mauvaises questions !

Questions fréquentes

Combien gagne-t-on en portage salarial ?

Tous les mois, le salarié porté obtient un bulletin de salaire en fonction du chiffre d’affaires qu’il a réalisé. En portage salarial, pour obtenir son salaire net, c'est tout simple ! Il faut retirer du chiffre d'affaires : les cotisations sociales, le prélèvement à la source et les frais de gestion de la société de portage.

Qu'est-ce-que le portage salarial ?

Le portage salarial est un statut professionnel à mi-chemin entre indépendance et salariat. Il permet d’être freelance tout en bénéficiant des avantages sociaux du salariat traditionnel en signant un contrat de travail avec une société de portage. Cette dernière gère l’administratif du freelance pendant que celui-ci se préoccupe de son cœur de métier, auprès de ses clients.

Qui peut faire du portage salarial ?

Le portage salarial est ouvert aux activités de prestations de services intellectuels non réglementées (consultant, formateur, chef de projet, community manager, développeur, etc).

Que vous soyez jeune diplômé, salarié, retraité, chef d’entreprise ou demandeur d’emploi… vous pouvez faire du portage !

Pourquoi choisir le portage salarial pour devenir indépendant ?

Le portage salarial permet d’exercer en indépendant avec un filet de sécurité. Contrairement à la micro-entreprise, le porté peut côtiser pour le chômage, bénéficier des prestations de la Caisse Primaire d'Assurance Maladie, côtiser pour la retraite et déclarer ses frais professionnels, sans plafond, afin de diminuer le montant de ses cotisations sociales.