04 42 12 44 44 GRATUIT / LUN-VEN : 9H-17H
Contact

Etre ou devenir un Travailleur Indépendant avec le portage

L'univers du travail indépendant rassemble un nombre croissant de gens partout dans le monde. Ils étaient 700 000 indépendants en France en 2013 et déjà pas loin de 3 millions en 2017. Flexibilité, liberté, autonomie : les freelances tentent d'échapper aux limites qu'impose le salariat. Il n'y aurait d'ailleurs que 12 % d'entre eux qui auraient choisi cette voie dans le but d'augmenter leurs revenus. Vous songez à devenir indépendant ? Découvrez ici tout ce qu'il y a à savoir à ce sujet.

 

Définition du travailleur indépendant

La notion de travailleur indépendant s'oppose à celle de salarié. L'indépendant travaille à son compte et selon des conditions qu'il a lui-même définies. Le freelance n'est donc soumis à aucun lien de subordination, développe lui-même sa clientèle, travaille où il le désire et quand il en a envie, à des tarifs qu'il a négociés lui-même. Il jouit donc d’une grande liberté dans l’organisation de son travail et dans le développement de son activité. Les seules contraintes véritables qu'il possède sont liées à la satisfaction de ladite clientèle.

 

Comment devenir un travailleur indépendant ?

Vous pensez à devenir travailleur indépendant ? Adopter ce statut ne peut se faire du jour au lendemain : cela demande une certaine préparation et quelques formalités. Pour que tout se passe pour le mieux, prenez la peine de suivre les étapes ci-après :

  • Commencer par définir son projet aussi précisément que possible ;
  • Réaliser une étude de marché pour s'assurer que l'activité que l'on se propose d'exercer est viable et déterminer les moyens financiers et matériels nécessaires pour créer son entreprise ;
  • Trouver le financement : si des économies personnelles peuvent suffire pour se lancer en tant que traducteur à domicile, il faudra penser à faire des emprunts ou recevoir des aides pour ouvrir un restaurant par exemple ;
  • Choisir sa forme juridique (entreprise individuelle ou société) et son régime fiscal (régime de microentreprise ou régime réel simplifié) ;
  •  Réaliser les formalités de création d'entreprise (inscription au RCS au registre du commerce des société), lesquelles varient en fonction de la forme juridique choisie.

 

Quel statut pour le travailleur indépendant ?

Bien des statuts juridiques conviennent aux indépendants. On peut principalement les regrouper en entreprises individuelles et en sociétés. Pour devenir travailleur indépendant, le freelance peut opter pour le statut de l'entreprise individuelle et devenir auto-entrepreneur, s'il veut se lancer seul dans son activité. Cette forme juridique se caractérise par peu de formalités de création d'entreprise, l'absence d'apport de capital et de frais de structure. Elle présente toutefois le risque d'engager les avoirs personnels de l'entrepreneur en matière de responsabilité financière, contrairement à l'EURL (Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée).

Cette dernière forme juridique se destine également aux travailleurs seuls, mais requiert un minimum d'un euro en guise de capital de départ et se caractérise par des formalités plus complexes que dans le cas de l'entreprise individuelle.

Constituée d'un associé unique, la SASU (Société par Actions Simplifiées Unipersonnelle) est appréciée pour sa souplesse quant aux activités qu'elle peut couvrir. Elle exige de se soumettre à un certain formalisme (rédaction de statuts, publication d'annonce, obtention d'un certificat de dépôt, etc.).

La SARL (Société à Responsabilité Limitée) requiert au moins deux entrepreneurs. La responsabilité financière et les formalités de création du statut sont semblables à celles de l'EURL. Quant à L'EIRL (Entreprise individuelle à responsabilité limitée), elle fait intervenir des frais et des formalités supplémentaires et engage le patrimoine personnel de l'entrepreneur en cas de problème.

 

Le portage salarial pour devenir travailleur indépendant

Le portage salarial constitue un compromis intéressant entre salariat et entreprenariat. Une solution qui permet de devenir travailleur indépendant, tout en jouissant de la sécurité et des avantages du salarié. Découvrez-en les caractéristiques de ce statut à travers cinq points de comparaison :

  •  Le salarié porté possède autant de liberté que le travailleur indépendant. Il n'est soumis à aucune relation hiérarchique, Il est libre dans l’organisation de son temps de travail, choisit ses clients et ses missions et négocie luimême ses honoraires.
  •  Si le freelance doit s'occuper lui même de la gestion de son activité et des questions administratives qui s'y rapportent, le salarié porté reçoit une aide personnalisée de la part de l'entreprise de portage. Cela lui fait profiter d'un gain de temps et d'énergie considérable qu'il peut consacrer à ce qu'il sait faire de mieux, en échange d'un % de commission sur son chiffre d’affaires.
  •  En portage salarial, le salaire est versé dès le premier mois d'activité, et une rémunération minimale est garantie. Le freelance quant à lui doit faire face au risque de finir un mois sans rétribution, même s'il a obtenu des missions.
  •  Le travailleur porté possède le statut de salarié et il bénéficie donc d'une couverture sociale et d'une certaine sécurité qui font défaut au travailleur indépendant.
  •  L'entreprise de portage s'assure de fournir à son salarié les armes pour faire face à la concurrence, notamment en l'aidant à se former et à intégrer des réseaux.

 

Salaire du travailleur indépendant

Le travailleur indépendant peut gagner en moyenne 3190 euros par mois. Ce chiffre ne concerne pas les agriculteurs et auto entrepreneur (un auto entrepreneur actif ne gagnant en moyenne que 440 euros par mois).

Les différences de revenus mensuels sont relativement grandes parmi les travailleurs indépendants, avec environ 7600 euros pour les juristes et les comptables, 5900 euros pour les acteurs du monde de la finance et des assurances, 5500 euros pour ceux de la santé, 2500 pour ceux de la construction, 1900 euros dans le transport, et 1500 euros pour les indépendants offrant des services aux particuliers.

 

Les métiers possibles du travailleur indépendant

Les travailleurs indépendants exercent des métiers divers. On les retrouve toutefois en grand nombre dans la rédaction, la traduction, l'infographie, l'informatique, la communication, le journalisme, le conseil, la formation, ou encore les nouveaux métiers de la santé.

Pour L'INSEE, le travailleur indépendant appartient à l'un des quatre secteurs ci-après :

  •  L’agriculture ;
  •  Le commerce et les services de proximité ;
  •  Le commerce de gros, le transport de marchandises, l'industrie et la construction ;
  •  Les professions libérales et assimilées.

Devenir indépendant nécessite donc de bien préparer son projet entrepreneurial en amont. Pensez au portage salarial qui vous permettra comme vu précédemment de travailler en freelance tout en bénéficiant des avantages du salarié et qui comporte donc moins de risques.