04 42 12 44 44 GRATUIT / LUN-VEN : 9H-17H
Contact
Guide du portage

Devenir Travailleur Indépendant avec le portage salarial

L'univers du travail indépendant rassemble un nombre croissant de gens partout dans le monde. Ils étaient d’ailleurs 3,2 millions d’indépendants en France en 2017 (données INSEE). Flexibilité, liberté, autonomie : les freelances tentent d'échapper aux limites qu'impose le salariat. Devenir travailleur indépendant correspond à bien plus qu’un choix professionnel. Il n'y aurait d'ailleurs que 12 % d'entre eux qui auraient choisi cette voie dans le but d'augmenter leurs revenus. Vous songez à devenir indépendant ? Découvrez ici tout ce qu'il faut savoir sur le sujet.

Définition du travailleur indépendant

Comme le précise l’INSEE, la notion de travailleur indépendant s'oppose à celle de salarié. L'indépendant travaille à son compte et selon des conditions qu'il définit lui-même. Le freelance n'est donc soumis à aucun lien de subordination, développe lui-même sa clientèle, travaille où il le désire et quand il en a envie, à des tarifs qu'il négocie lui-même. Il jouit donc d’une grande liberté dans l’organisation de son travail et dans le développement de son activité. Les seules contraintes véritables qu'il possède sont liées à la satisfaction de ladite clientèle. 

Bref, le travailleur indépendant est le seul maître de son activité professionnelle !

TRAVAILLEUR INDÉPENDANT : COMMENT LE DEVENIR ?

Devenir travailleur indépendant et adopter ce “statut” ne peut se faire du jour au lendemain : cela demande beaucoup de préparation et quelques formalités administratives (sauf pour le portage salarial, mais nous y reviendrons plus tard). Pour que tout se passe pour le mieux, il est donc nécessaire de se poser les bonnes questions !

  • Commencez par définir votre projet aussi précisément que possible : quelle activité souhaitez-vous exercer ? comment ? quelles sont vos compétences clés que vous pourrez  mettre en avant ? 

  • Réalisez une étude de marché pour vous assurer que l'activité que vous souhaitez exercer est viable et déterminez les moyens financiers et matériels nécessaires pour créer votre entreprise et la développer : qui sont vos cibles ? qui sont vos concurrents ? à quel besoin devez-vous répondre ? quels services pouvez-vous apporter à vos futurs clients ? quelles sont les ressources financières et matérielles dont vous disposez déjà ? 

  • Trouvez le financement : si des économies personnelles peuvent suffire pour se lancer en tant que traducteur à domicile ou consultant marketing, il faudra penser à faire des emprunts ou recevoir des aides pour ouvrir un restaurant par exemple !

Quel statut pour devenir travailleur indépendant ?

Bien des statuts juridiques conviennent aux indépendants. On peut principalement les regrouper en entreprises individuelles et en sociétés.
Votre projet et votre type d’activité vous permettront de déterminer la forme juridique (entreprise individuelle, société) et le régime fiscal (régime de micro-entreprise ou régime réel simplifié) les plus adaptés, pour vous mettre à votre compte.

Pour devenir travailleur indépendant, il est possible d’opter pour le régime de l'entreprise individuelle et de devenir auto-entrepreneur. Idéal si vous souhaitez vous lancer seul(e) dans votre activité indépendante. Cette forme juridique se caractérise par peu de formalités de création d'entreprise, l'absence d'apport de capital et de frais de structure. Elle présente toutefois le risque d'engager les avoirs personnels de l'entrepreneur en matière de responsabilité financière, contrairement à l'EURL (Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée).

Cette dernière forme juridique se destine également aux travailleurs seuls, mais requiert un minimum d'un euro en guise de capital de départ. Elle se caractérise par des formalités de création d’entreprise plus complexes (inscription au Registre du commerce et des sociétés) que dans le cas de l'entreprise individuelle.

Constituée d'un associé unique, la SASU (Société par Actions Simplifiées Unipersonnelle) est appréciée pour sa souplesse quant aux activités qu'elle peut couvrir. Sa création exige de se soumettre à un certain formalisme (rédaction de statuts, publication d'annonce légale, obtention d'un certificat de dépôt, etc.).

La SARL (Société à Responsabilité Limitée) requiert au moins deux entrepreneurs. La responsabilité financière et les formalités de création du statut sont semblables à celles de l'EURL. Quant à L'EIRL (Entreprise individuelle à responsabilité limitée), elle fait intervenir des frais et des formalités supplémentaires et engage le patrimoine personnel de l'entrepreneur en cas de problème.

Vous l’aurez compris, les formalités varient en fonction de la forme juridique choisie. Une dernière option est possible pour devenir travailleur indépendant, sans avoir à se soucier des démarches administratives : le portage salarial.

Le portage salarial pour devenir travailleur indépendant

Le portage salarial constitue un compromis très intéressant entre le salariat et l’entrepreneuriat. C’est une solution qui permet de devenir travailleur indépendant tout en jouissant de la sécurité et des avantages du statut de salarié. Il est ainsi le statut idéal pour une personne qui souhaite se mettre à son compte rapidement, tout en conservant un filet de sécurité.

Le portage salarial est un tremplin qui peut permettre de se lancer en douceur dans le freelancing. C’est pourquoi de plus en plus de travailleurs indépendants optent pour ce statut, avant de créer leur propre entreprise par exemple.

5 raisons de succomber aux charmes du portage salarial

  • Le salarié porté possède autant de liberté que le travailleur indépendant. Il n'est soumis à aucune relation hiérarchique. Il est libre dans l’organisation de son temps de travail, dans le choix de ses clients et de ses missions. Enfin, il négocie lui même ses honoraires.

  • Si l’entrepreneur doit s'occuper lui même de la gestion de son activité et des questions administratives qui s'y rapportent, le salarié porté reçoit une aide personnalisée de la part de son entreprise de portage (gestion comptable, outil de facturation, assistance et écoute, etc). Un gain de temps et d'énergie considérables que la personne en portage peut consacrer à ce qu’elle sait faire de mieux : son travail et le développement de son activité. En échange de ses services, la société de portage prélève un % de commission sur le chiffre d’affaires du salarié porté ; puis elle transforme ce chiffre d’affaires en revenu. La société de portage s’occupe de l’édition des bulletins de salaire et du calcul des charges sociales associées.

Évaluez vos revenus en portage salarial

Simulateur de salaire

  • En portage salarial, un salaire peut être versé dès le premier mois d'activité, en fonction du chiffre d’affaires généré par le porté. Par ailleurs, chez webportage, chaque porté a la possibilité de débloquer tout ou partie de son chiffre d’affaires pour le transformer en salaire, en fonction de ses besoins. Cela permet notamment de faire face aux baisses d’activité, qui sont inhérentes au mode de vie des travailleurs indépendants.

  • Le travailleur indépendant en portage possède le statut de salarié et il bénéficie donc d'une couverture sociale et d'une certaine sécurité (prévoyance, mutuelle, retraite, droit au chômage, …) qui font défaut au travailleur indépendant. Comme un salarié traditionnel, le salarié porté signe un contrat de travail. Il n’a cependant aucune obligation de résultat ni de supérieur hiérarchique.

  • L'entreprise de portage s'assure de fournir à son salarié porté les outils pour gérer son activité mais aussi pour évoluer professionnellement. Ainsi, comme un salarié classique, le travailleur indépendant en portage salarial dispose du droit à la formation.

LES MÉTIERS ET LES SECTEURS D’ACTIVITÉ DU TRAVAILLEUR INDÉPENDANT

Les travailleurs indépendants peuvent exercer des métiers divers et variés. On les retrouve toutefois en grand nombre dans les services : rédaction, traduction, informatique, web, communication, journalisme, conseil, formation ou encore les nouveaux métiers de la santé.

En revanche, pour L'INSEE, le travailleur indépendant est, plus globalement, un travailleur non salarié qui appartient à l'un des secteurs suivants :

  • agriculture ;

  • industrie (hors artisanat commercial) ;

  • construction ; 

  • commerce et artisanat commercial ; 

  • services aux entreprises et services mixtes ; 

  • services aux particuliers (hors santé) ; 

  • santé humaine et action sociale.

Bon à savoir :

Le portage salarial permet aux travailleurs indépendants d’exercer des activités de prestations de services intellectuels. Cela regroupe une multitude de métiers et de secteurs d’activités : 

  • Administratif, ressources humaines et management (consultant RH, assistant administratif, manager de transition, etc.) ; 

  • Bien-être (coach bien-être, coach PNL, sophrologue, etc.) ; 

  • Business et stratégie (apporteur d’affaires, consultant en stratégie, business developer, etc.) ; 

  • Développement et solutions digitales (développeur, data scientist, intégrateur, etc.) ; 

  • Environnement et qualité (consultant qualité, consultant développement durable, etc.) ; 

  • Formation (formateur, conférencier, etc.) ; 

  • Gestion de projet (chef de projet, scrum master, coach agile, etc.) ; 

  • Graphisme et design (photographe, directeur artistique, illustrateur, etc.) ; 

  • Informatique (consultant SI, administrateur systèmes et réseaux, etc.) ; 

  • Marketing et communication (consultant SEA, growth hacker, traffic manager, consultant Big data, social media manager, etc.) ; 

  • Rédaction (rédacteur tous supports, correcteur, traducteur, etc.) ; 

  • Revenus publicitaires (blogueur, influenceur, etc.) ; 

  • Vente par téléphone (téléconseiller, télévendeur, etc.).

 

En revanche, les activités réglementées et les métiers de service à la personne ne peuvent pas être exercés en portage salarial.

SALAIRE ET RÉMUNÉRATION DU TRAVAILLEUR INDÉPENDANT

À la différence d’un salarié classique, la rémunération du travailleur indépendant (qu’il soit auto-entrepreneur, gérant d’une société ou en portage salarial) dépendra entièrement du chiffre d’affaires qu’il génère avec son activité. Il n’a ainsi pas l’assurance de percevoir une rémunération fixe tous les mois. Le portage salarial permet, en revanche, de pouvoir moduler son salaire d’un mois sur l’autre

Les écarts de revenus mensuels peuvent donc être relativement grands parmi les travailleurs indépendants. La rémunération peut également varier en fonction de plusieurs facteurs : niveau d’expérience, secteur d’activité, niveau de concurrence, taux journalier moyen (TJM), etc.

Fin 2017, 3,2 millions de personnes exerçaient une activité indépendante, dont voici les revenus moyens qui ont été relevés, par secteur (données INSEE) : 

  • Transports : 2 020 euros par mois

  • Information et communication : 3 500 euros par mois

  • Immobilier : 2 750 euros par mois

  • Construction : 2 590 euros par mois

  • Conseil de gestion : 8 340 euros par mois

  • Services aux particuliers (hors santé) : 1650 euros par mois

  • Activités juridiques et comptables : 8 340 euros par mois

En conclusion

Entre création d’une structure juridique, régime micro-entrepreneur ou portage salarial : plusieurs choix s’offrent à vous. Devenir indépendant nécessite cependant de bien préparer son projet entrepreneurial en amont. Pensez au portage salarial qui vous permettra comme vu précédemment de travailler en freelance tout en bénéficiant des avantages du salarié (contrat de travail, droit à la formation, bulletins de salaire, mutuelle, prévoyance, etc.). C’est une solution souple et à moindre risque, qui permet de devenir travailleur indépendant, sans création d’entreprise.

Pour aller + loin :