04 42 12 44 44 GRATUIT / LUN-VEN : 9H-17H
Contact
Guide du portage

Les alternatives au portage salarial

Le portage salarial vous permet d’exercer une activité professionnelle (de type prestation intellectuelle) en toute autonomie. Si votre métier n’est malheureusement pas éligible au portage salarial, sachez qu’il existe des alternatives.

 

Tableau comparatif des solutions alternatives

 

 

-

 

Portage salarial

Coopérative d’Activités et d’Emploi (CAE)

 

Auto-entreprise

Gestion administrative simplifiée

La gestion administrative est gérée par la société de portage.

La gestion administrative est prise en charge par la CAE.

Les démarches sont simplifiées au maximum. Il faudra cependant être rigoureux pour la déclaration des cotisations sociales (mensuelles ou trimestrielles).

Impôts

Sur le revenu

Sur le revenu

Sur le revenu

Création simple, gratuite et sans frais

X

Au préalable, avant de devenir salarié en CAE il faut :

- assister à une réunion d’information collective ;

- passer un entretien individuel de diagnostic.

X

Si artisan : inscription payante au Répertoire des métiers + stage préalable à l’installation (SPI)
Si commerçant : immatriculation au registre du commerce et des sociétés (RCS) obligatoire et payante

Coût de fonctionnement

Commission calculée sur le montant du CA HT réalisé. 5% ou 8% chez webportage.

Participation aux frais de la CAE (charges communes, achats et frais liés à votre activité) fixée en % du CA réalisé.

Aucun

Sécurité sociale

Régime général

Régime général

Régime général

Cotisations sociales

Calculées par la société de portage en fonction du CA réalisé par le porté.

Calculées par la CAE en fonction du CA réalisé.

Adhésion au régime micro-social.
En 2018, le taux de cotisation est de :

- 12,8% du CA réalisé pour les activités de vente ;
- 22% du CA réalisé pour les autres prestations de services artisanales, commerciales et pour les professions libérales.

Assurance RC Pro

Comprise dans l’offre de portage webportage

X

Le statut d’auto-entrepreneur ne vous couvre pas. Vous devez souscrire à une assurance responsabilité civile professionnelle.

Droit au chômage

X

Ne permet pas d’ouvrir des droits au chômage. Mais possibilité de réduction des cotisations sociales si demandeur d’emploi (ACCRE) ou possibilité de continuer à percevoir les allocations sous certaines conditions.

Contrat de travail

CDI ou CDD

CDI

X

Pas de contrat de travail

Plafond de chiffre d’affaires

Pas de plafond

Pas de plafond

X

En 2018 :

- 170 000€ HT /an pour les activités d’achat-revente
- 70 000€ HT /an pour les activités de service

Cumuls possibles

Emploi salarié
Emploi non salarié
Retraite
Pôle Emploi

Emploi salarié (CDD ou CDI)
Pôle Emploi

Emploi salarié
Pôle Emploi

Les Coopératives d’Activités et d’Emploi (CAE)

Les CAE accompagnent les porteurs de projets. Il s’agit d’un concept qui se rapproche du portage salarial : le porteur de projet en CAE dispose d’un statut d’entrepreneur salarié qui permet de percevoir un salaire et de disposer d'avantages. Comme le portage salarial, cette alternative permet à l’entrepreneur salarié de tester son activité, sans prendre de risque.

Les avantages du CAE :

  • N° de TVA ;
  • N° d’immatriculation au Registre du Commerce et des Sociétés ;
  • Contrat de travail à Durée Indéterminée (CDI) ;
  • Gestion administrative prise en charge par la CAE ;
  • Accompagnement individuel.

 

En contrepartie de ces avantages, l’entrepreneur salarié verse une contribution à la CAE qui participe au financement de l’ensemble des porteurs de projets.

Les activités pouvant être exercées en CAE :

  • Art et artisanat d’art ;
  • Service aux particuliers ;
  • Service aux entreprises ;
  • Bâtiment ;
  • Commerce et négoce.

 

Certaines activités ne sont cependant pas prises en charge, à savoir :

  • Les activités réglementées ;
  • Les activités nécessitant un bail commercial ;
  • Les activités nécessitant des investissements importants pour démarrer.

 

Pour en savoir plus : https://www.cooperer.coop/

 

Le régime auto-entrepreneur, aussi appelé micro-entrepreneur

Créé dans le but de simplifier l’accès à l’entreprenariat, ce régime permet d’exercer une petite activité professionnelle, en totale autonomie. Il peut s’agir d’une activité indépendante commerciale ou artisanale ; ou d’une activité libérale relevant de la Cipav.

Pour exercer sous le régime d’auto-entrepreneur, il ne faut pas dépasser un certain seuil de chiffre d’affaires annuel, en fonction de l’activité choisie :

  • 170 000 € pour les activités de vente de marchandises, d’objets, d’aliments ou de fournitures de logement ;

  • 70 000 € pour les activités de services.

 

L’auto-entrepreneur doit déclarer tous les mois (ou tous les trimestres) son chiffre d’affaire, même si il est de 0 €. Le montant de ses cotisations sociales sera alors calculé à partir du chiffre d’affaires déclaré et selon un taux qui varie en fonction de l’activité exercée :

  • 71 % pour les activités d’achat, revente, de fourniture de logement ;

  • 50 % pour les autres activités relevant des Bénéfices Industriels et Commerciaux (BIC) ;

  • 34 % pour les activités libérales (BNC).


L’auto-entrepreneur est également redevable de la Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) à partir de sa deuxième année d’activité.

Les avantages de l’auto-entreprise :

  • L’auto-entrepreneur n’est pas assujetti à la TVA si son chiffre d’affaire réalisé l’année N-1 n’est pas supérieur à 82 800 € ou 33 200 € ;
  • Il n’a pas besoin de tenir de comptabilité ;
  • Il ne paie pas de cotisations s’il ne réalise pas de chiffre d’affaires ;
  • Si il est inscrit comme demandeur d’emploi, il peut bénéficier d’une réduction des cotisations sociales grâce à l’Accre (Aide aux demandeurs d’emploi créant ou reprenant une entreprise) ;
  • Il peut aussi bénéficier de taux réduits si son activité est déclarée dans les DOM.

 

Pour en savoir plus : https://www.evoportail.fr

 

Vous souhaitez exercer une activité d’indépendant dans le secteur de l’immobilier, le bâtiment ..? webportage ne pourra pas prendre en charge votre activité.  Cependant, les CAE ou le régime auto-entrepreneur pourront répondre à votre besoin de liberté d’entreprendre.

 

Pour aller plus loin :